Romans

Je revenais des autres

Après Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa est revenu l’an dernier avec Je revenais des autres.
À l’occasion de sa récente sortie en format poche, parlons un peu de ce roman !

Ambre est une jeune fille dans la ving­taine à la vie plutôt décousue : elle a stop­pé ses études après des fréquen­ta­tions dou­teuses, elle est en froid avec ses par­ents et dans une quête d’at­ten­tion, entre­tient une rela­tion étrange avec Philippe, un homme mar­ié. Sans trou­ver de but dans sa vie ou de rai­son de vivre, elle fait une ten­ta­tive de sui­cide dans un apparte­ment que son amant lui paie. Heureuse­ment, elle est sauvée in extrem­is par ce dernier. Se sen­tant coupable et souhai­tant aidé Ambre, Philippe essaie de lui trou­ver un poste de saison­nier dans un chalet touris­tique, où elle pour­ra faire serveuse. Elle intè­gre toute une équipe, où tous ont un pro­fil dif­férent et cherche dans ce chalet un nou­veau moyen de s’é­panouir. Ambre parvien­dra-t-elle à se défaire de ses anciens démons, et à s’ou­vrir à ses nou­veaux collègues ?

Mon avis !

C’est mon pre­mier roman de cette auteure, que j’avais envie de décou­vrir. Le début du roman donne un ton rapi­de­ment som­bre et triste, mais il ne faut pas s’ar­rêter à ces pre­mières lignes. On est face à un livre qui racon­te le par­cours d’Am­bre, qui est dans une vraie quête d’ac­cep­ta­tion de soi, d’ac­cep­ta­tion des autres et qui va chercher un but dans sa vie. Ce n’est pas un per­son­nage par­fait, elle fait des erreurs, elle a des bas, des coups de blues, et c’est ce qui la rend aus­si attachante. L’au­teure arrive à nous faire partager ses peines et douleurs. Mais elle nous partage aus­si ces moments de réus­sites, ses rebonds et ces nou­velles ren­con­tres (et ça fait tou­jours du bien de la voir con­tente !). 
Les per­son­nages sec­ondaires sont aus­si sym­pa­thiques et tous ont une cer­taine util­ité auprès d’Am­bre. J’ai beau­coup aimé l’am­biance qu’on retrou­vait au sein du chalet, où cha­cun pou­vait y retrou­ver une sec­onde famille. C’é­tait sou­vent des moments assez chaleureux, où cha­cun cohab­itait et s’en­traidait. Je n’ai jamais été saison­nière, mais je peux imag­in­er que ça se déroule de cette façon après plusieurs semaines à vivre et tra­vailler ensem­ble. Nul doute qu’Am­bre avait besoin de cette prox­im­ité et de cette chaleur humaine. La majorité du roman racon­te des petites aven­tures du quo­ti­di­en, où notre héroïne saura appren­dre des autres pour se pos­er les bonnes ques­tions et pour tra­vailler sur elle-même. Petites aven­tures du quo­ti­di­en, certes, mais ça n’en fait pas un roman léger ou dénué d’in­térêts ! Car c’est bien un livre rem­pli d’hu­man­ité, où les sen­ti­ments sont décrits et mis en avant sans pudeur. Nul doute que si vous vous attachez à Ambre, vous vivrez dif­férentes sen­sa­tions à la lec­ture.  
Le seul défaut que je pour­rais trou­ver à ce roman est sa longueur, un peu super­fi­cielle. En effet, on s’at­tarde sou­vent sur les per­son­nages sec­ondaires, qui ont aus­si des prob­lèmes à résoudre, et cela prend beau­coup d’e­space ! Per­son­nelle­ment, ce n’é­tait pas tou­jours mes pas­sages préférés, et à la longue, j’ar­rivais à prévoir les événe­ments à force de répéter le schéma. 

Au final, je trou­ve que c’est un roman à con­seiller à des per­son­nes plus jeunes, qui sont aus­si en proie à des doutes et à des remis­es en ques­tions. Ayant été dans ce type de sit­u­a­tion à la lec­ture de ce roman, je me suis bien iden­ti­fiée à Ambre, qui n’é­tait pas si dif­férente de moi. C’est un roman qui sait jouer sur les sen­ti­ments, et qui est rem­plie d’hu­man­isme. Les per­son­nages sont assez réal­istes et cer­tains moments étaient poignants. Une bonne lec­ture pour ma part !

Vous pourriez également aimer...

4 commentaires

  1. nana a dit :

    bonne descrip­tion des livres, ça donne envie de les lire

  2. nana a dit :

    descrip­tif clair et précis

  3. sen bir orospu cocugusun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.